Blog Image

Forum

À propos de ce blog

Ce blog est centré essentiellement sur des sujets de politique communale de Soumagne.

Cependant, qui que vous soyez, votre avis ou votre commentaire est le bienvenu.

Décembre 2008

Citations du mois Posted on 2008-12-26 12:34

« L’histoire me sera indulgente,
car j’ai l’intention de l’écrire. »

Sir Winston Churchill

À des degrés divers, consciemment
ou non, nous avons souvent tendance à embellir notre rôle dans les événements
auxquels nous avons été associés. Il n’en va pas autrement de notre Collège
Communal, ce qui soit dit en passant, justifie une information alternative.

Nous pensions à cela l’autre soir
au conseil communal, en écoutant l’Échevin A. Desmit présenter à sa manière le
dossier du conflit ayant engendré pendant une dizaine d’années des nuisances
aux riverains empruntant les trottoirs rue de la Chapelle à Micheroux. À
l’écouter, la solution intervenue serait le résultat d’un consensus.

La réalité
est cependant quelque peu différente puisque, sous la pression de la justice,
le Collège a opéré une volte-face complète en renonçant à tenter d’imposer un
plan du géomètre de la commune, P. Desmit, fixant erronément les limites entre
propriété publique et parcelles privées.

Tranchant avec celui de son
prédécesseur, saluons cependant le sens des responsabilités de l’Échevin qui a fait
preuve de lucidité et d’autorité en enjoignant au dit géomètre de corriger les
plans ayant causé le litige.

Reconnaître, par ses actes, s’être obstiné dans
l’erreur pendant de longues années en imposant à la commune des pertes de temps
et d’argent en frais d’avocat inutiles est à mettre à son crédit.

Nous ne
contesterons donc pas l’indulgence qu’il s’est accordée en enjolivant
l’histoire, même si on eût souhaité un aveu en paroles. Un brin de courage
supplémentaire aurait suffi.



Les limites du « Service Public »

Réflexions d'actualité Posted on 2008-12-12 10:57

À la lecture du rapport du
conseil communal du mois d’octobre, certains lecteurs attentifs se sont émus de
la passivité des conseillers, tous partis confondus, se prévalant de la défense
des intérêts des travailleurs indépendants. Même si elle est alourdie, ils n’apprécient
pas en effet leur vote unanime en faveur de la redevance concernant la collecte et le broyage à domicile des
déchets d’élagage
. Pour rappel, elle a été fixée comme suit :

14 € par passage.
6 € par quart d’heure de broyage.

Ces taux couvrant difficilement l’entièreté du coût de l’opération ( amortissement du matériel, rémunération d’un
ouvrier ), ils s’interrogent à juste titre sur la
notion de « Service Public ».

Le but d’un service public
est, notamment, de permettre à chaque citoyen de bénéficier d’un service
déterminé à des conditions identiques pour chacun ( par
exemple d’un raccordement à l’électricité au même prix quelle que soit la
longueur de la ligne à installer ).
En quelque sorte, il s’agit d’un acte de solidarité institutionnalisé ; on
partage équitablement les coûts.

Or, en l’occurrence, aucune
discrimination
entre citoyens ne justifie l’intervention des services communaux
et cette tâche est assurée par plusieurs travailleurs indépendants ou petites entreprises
de la région. On l’admettrait, nous disent-ils, si elle était fondée sur des
critères sociaux, mais tel n’est pas le cas puisque chacun peut y recourir quel
que soit son revenu
.

Il est donc parfaitement normal
que les travailleurs intéressés se considèrent victimes d’une concurrence déloyale,
d’autant plus que le personnel communal se déplace en équipe de 2 à 4
personnes. Leur questionnement nous semble par conséquent légitime « Dans
ces conditions, à quoi sert un échevin des affaires économiques et des
travailleurs indépendants
? ».



La tortue soumagnarde

Réflexions d'actualité Posted on 2008-11-28 10:28

Le 26 décembre 2006, le Conseil Communal a décidé à
l’unanimité de vendre aux riverains quatre parcelles de la plaine de jeux de
Soumagne-Bas. Décision contestable s’il en est, mais là n’est pas le sujet
aujourd’hui.

Lorsqu’une promesse de vente est actée, un notaire dispose
paraît-il de quatre mois maximum pour finaliser le dossier. Lorsque la commune est
venderesse, son bourgmestre peut se substituer au notaire. C’est ainsi que le
Collège était chargé d’exécuter la décision du Conseil.

Dans une bonne organisation, il était, nous semble-t-il, logique
de faire rédiger de concert les quatre documents semblables ; du travail
en série en quelque sorte. Pensez-vous ! Au rythme sénatorial d’un dossier
par semestre, la dernière vente a été actée ce 10 novembre 2008.

Certes, il n’y avait pas péril en la demeure, mais ainsi va
quelquefois la tortue, que dis-je, l’escargot soumagnard. Sans nul doute, plus
de 22 mois pour concrétiser une promesse de vente sans écueil, c’est une
performance digne de figurer au Guinness Book des records
… de lenteur !



Vous avez dit « Sot » ?

Réflexions d'actualité Posted on 2008-11-27 11:27

En dépit d’un second avis négatif du comité socio-économique
national, le Collège Communal a délivré le permis d’implanter un centre
commercial
sur le site Onssels à Micheroux. Interrogé à ce sujet au dernier
conseil, notre Bourgmestre justifie son soutien à cette seconde version du
projet soumis à un nouveau recours, en y voyant deux éléments neufs :

1. Le projet prévoit des réassortiments différents ( une autre
répartition de l’objet des commerces à y implanter, on suppose ).

2. Selon M. Janssens, « Ne pas voir la modification de
la conjoncture économique serait sot
».

De ce point de vue, nous n’avons sans
doute jamais été autant d’accord avec lui. En ces temps où le PS nous chante
sur tous les tons la perte du pouvoir d’achat, il serait effectivement sot de
penser qu’il soit possible d’augmenter globalement les ventes dans le commerce
de détail
. Logiquement, les travailleurs redoutent au contraire une réduction
de l’emploi dans ce secteur.

Dans ces conditions, quel mystérieux intérêt pousse notre
Bourgmestre à promouvoir ce projet en le justifiant par l’argument fallacieux
d’une illusoire création d’emplois
?

Soyons clairs, on peut débattre de l’avantage, quelque peu
égoïste, de délocaliser à Soumagne des postes de travail existants dans les
communes voisines
, car c’est bien de cela qu’il s’agit ; mais, de grâce,
que l’on joue franc jeu et que l’on cesse de se moquer de notre population en assénant
ce raisonnement ridicule : « moins d’argent pour les consommateurs
égal plus d’emplois dans les commerces !
».



Novembre 2008

Citations du mois Posted on 2008-11-18 11:33

« Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas
vécu inutile »

Proverbe indien

« Un arbre pour renouveler la vie », tel était le
thème de la première journée de l’arbre. À l’occasion du 25e
anniversaire de cette manifestation, la Région Wallonne nous en rappelle le
sens : lutte pour la biodiversité, contre le réchauffement climatique et la
dégradation des paysages. Elle a ainsi proposé aux administrations communales
et associations de soutenir divers types d’action :

Distribution de plants aux particuliers.
Plantations dans les espaces publics.
Aménagement d’un espace « naturel » en vue de sa
valorisation et/ou de sa préservation.
Opération « haies champêtres ».

En ce qui concerne Soumagne, notre administration a décidé d’apporter
son concours à l’heureuse initiative des « Amis de la terre » qui,
depuis l’an dernier, ont mis en route le projet d’un verger conservatoire sur le
terrain bordant le TGV, renommé pour la circonstance « Lù wêde del
bèle-fleûr ». ( Programme des 22 et 29 novembre : www.soumagne.be )

Cette année, la distribution gratuite de plants aux
particuliers se fera notamment ce 29 novembre dans deux communes
voisines :

À Fléron, à la zone de loisirs, rue de la Vaulx, de 9 h à
midi.
À Olne , au hall de voirie, rue des Combattants, 12 de 13 h
à 16 h.

Mais là ne s’arrête pas l’intervention des autorités
publiques. Si au nom de la rentabilité économique, elles ont naguère
subventionné l’abattage de nos arbres fruitiers, actuellement, au nom de l’environnement,
le gouvernement régional wallon subsidie la plantation et l’entretien de haies
vives, de vergers et d’alignements d’arbres. ( Pour les conditions :
http://wallex.wallonie.be/index.php?doc=9460&rev=8652-4196
).

Ainsi fonctionne le monde politique conseillé par des
« experts ». Mais ne nous plaignons pas. Réjouissons-nous plutôt de
l’évolution des mentalités
. Et, si comme le dit le proverbe indien, vous ne
voulez pas « vivre inutile », vous savez ce qui vous reste à faire.



Quel avenir pour nos chemins et sentiers ?

Réflexions d'actualité Posted on 2008-11-03 11:43

Blog Image

En présence d’une septantaine de personnes, ce dimanche 19
octobre à Évegnée-Tignée, était inaugurée la « balade des deux
fontaines
». On se réjouit de l’initiative conjointe de l’ASBL « les
amis du musée » et de l’administration communale qui s’inscrivait dans le
cadre de l’opération « rendez-vous sur les sentiers » coordonnée par
sentiers.be.

Au-delà du caractère sympathique et convivial de cette manifestation,
il convient néanmoins de se remémorer l’objectif annoncé :
« Réhabiliter des chemins et sentiers peu ou prou praticables ». En
fait, le parcours, certes intéressant, a précisément été tracé parmi les
chemins encore praticables, ce qui est loin d’être la généralité dans nos
villages comme en témoignent ces photos. Et que dire des sentiers ?

Blog Image

Si cette opération est un bon début, le chemin à parcourir,
si on ose dire, est encore long et nécessite d’y consacrer des moyens avec
détermination. Il n’est pas rare que des chemins et sentiers aient perdu toute
visibilité ou soient accaparés par des propriétaires privés. Si l’on veut
éviter de futurs conflits, l’argumentation de la possession trentenaire, il est
urgent de s’atteler à la tâche.

Comparer les réalités du terrain avec l’atlas des chemins
vicinaux pour l’ensemble du territoire communal, résoudre les situations conflictuelles
et régulariser celles ne posant aucun problème, assurer l’entretien des chemins
et sentiers de propriété communale, voilà le copieux menu proposé au Collège.

Pour réaliser ce programme, susciter la collaboration des
mouvements associatifs tels les comités de défense de l’environnement ou les
clubs de marcheurs nous paraît nécessaire.
À vrai dire, seul, nous semble-t-il, un plan coordonné
couvrant une législature et animé par une volonté politique sans faille sera
susceptible d’enrayer la dégradation du caractère semi-rural
de notre commune.
Mais cette volonté existe-t-elle ?



Affirmations gratuites ou pernicieuses ?

Réflexions d'actualité Posted on 2008-11-02 23:55

Il est somme toute parfaitement normal qu’interpellé par la
minorité au Conseil communal, le Collège ne puisse pas toujours y donner une suite
satisfaisante au premier abord. Il n’est cependant pas rare qu’il s’autorise
une réponse fictive qui, de toute façon, sera impossible à vérifier sur-le-champ.

La dernière réunion nous en a fourni deux exemples à propos
de sujets pourtant anodins :

1. M. É. Mordant a notamment interrogé le Collège sur les
raisons du retard de mise à jour des rapports du conseil sur le site communal. Apparemment
offusqué par cette question, le Collège a affirmé que ceux-ci étaient toujours
publiés dans les deux jours de leur approbation. Ce qui, effectivement, est
généralement le cas. Mais en l’occurrence, la copie de la page d’accueil démontre
sans équivoque que les rapports approuvés le 22 septembre manquaient encore à
l’appel un mois plus tard
, soit le 22 octobre. Certes, il s’agit probablement
d’un simple oubli, réparé depuis lors, mais pourquoi ne pas l’avouer ?

2. Au souhait de la conseillère M.J. Wustenberghs de voir la
réservation pour les handicapés d’une place de parking parmi la douzaine
disponibles avenue de la Résistance, il a été répondu négativement puisque
affirmait-on : deux places étaient à disposition sur l’espace voisin de la
polyclinique. Au-delà du fait qu’il ne faut pas confondre parking privé et
parking public, chacun peut constater que ces prétendues réservations
n’existent pas
à cet endroit.

Dès lors, on est en droit de s’interroger. Ces fausses
affirmations sont-elles le résultat d’un défaut de vérification ou, face au
public et à la presse, d’une volonté délibérée de discréditer la minorité dont
les conseillers poseraient régulièrement des questions incongrues?



Octobre 2008

Citations du mois Posted on 2008-10-19 10:57

« N’importe quel imbécile peut dire la vérité ; il
faut des qualités pour bien mentir. »

Samuel BUTLER

Le car communal était semble-t-il indisponible pour conduire
les élèves de l’école Ste Marie à l’exposition organisée au centre culturel
dans le cadre de la manifestation « Soumagne, avant-guerre ». Interpellé
au conseil à ce sujet par Mme Wustenberghs, l’échevin, M. Brzakala
s’est une fois de plus emberlificoté dans de vagues explications. Avouant
incidemment qu’il s’agissait d’un manque de volonté politique, il terminait par
des propos insultants envers la conseillère, pourtant réputée pour son extrême correction
envers les autorités communales.

Au vu de la mine dépitée du Bourgmestre, cette intervention
malheureuse faisait honte à ses propres collègues du PS. Est-ce pour cette
raison, qu’à ce jour, l’enregistrement de cette séance du conseil n’a pas
encore été publié comme de coutume sur le site internet communal ? On ne
sait, toutefois cette rubrique restant bloquée au 14 juillet, cela nous empêche
de joindre un extrait.

Quoi qu’il en soit, l’échevin aurait intérêt à méditer la
citation précitée de l’écrivain anglais du 19e siècle Samuel Butler
et en croire notre expérience. Quand on n’est pas doué de qualités suffisantes
pour pratiquer l’art subtil du mensonge, mieux vaut d’emblée dire la vérité
.



Next »