Le 26 décembre 2006, le Conseil Communal a décidé à
l’unanimité de vendre aux riverains quatre parcelles de la plaine de jeux de
Soumagne-Bas. Décision contestable s’il en est, mais là n’est pas le sujet
aujourd’hui.

Lorsqu’une promesse de vente est actée, un notaire dispose
paraît-il de quatre mois maximum pour finaliser le dossier. Lorsque la commune est
venderesse, son bourgmestre peut se substituer au notaire. C’est ainsi que le
Collège était chargé d’exécuter la décision du Conseil.

Dans une bonne organisation, il était, nous semble-t-il, logique
de faire rédiger de concert les quatre documents semblables ; du travail
en série en quelque sorte. Pensez-vous ! Au rythme sénatorial d’un dossier
par semestre, la dernière vente a été actée ce 10 novembre 2008.

Certes, il n’y avait pas péril en la demeure, mais ainsi va
quelquefois la tortue, que dis-je, l’escargot soumagnard. Sans nul doute, plus
de 22 mois pour concrétiser une promesse de vente sans écueil, c’est une
performance digne de figurer au Guinness Book des records
… de lenteur !